Les plafonds des auto-entrepreneurs doublent !

Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a annoncé ce jeudi 24 août que le doublement des plafonds des auto-entrepreneurs allait bien figurer dans le projet de loi de finances 2018, qui sera présenté fin septembre 2017.

Pour l'heure, les auto-entrepreneurs ne peuvent dépasser les plafonds de 33.100€, pour les professions libérales, et 82.800€, pour les artisans et commerçants, de chiffre d'affaires par an. Plafonds au delà desquels la sortie du régime est obligatoire et implique le choix d'un autre statut et donc la perte du régime social simplifié.

Cette disposition faisait partie des promesses de campagne du Président Emmanuel Macron. Une bonne nouvelle pour tous les auto-entrepreneurs en activité qui pourront donc dès 2018 continuer de bénéficier de ce régime avantageux tout en accélérant le développement de leur activité. Le doublement des plafonds devrait également mécaniquement augmenter le nombre de nouveaux auto-entrepreneurs, et ça chez SOTØ on aime !

Redevenir auto-entrepreneur ?
Pour les indépendants en activité exerçant sous un régime autre que celui de l'auto-entrepreneur, et générant un chiffre d'affaire compris entre le plafond actuel et le futur plafond, se pose une nouvelle question : celle de basculer vers l'auto-entrepreneuriat ou de rester sous leur régime actuel.

Pour trouver une réponse, trois points principaux sont à considérer :

1. Votre statut actuel permet-il le basculement vers l'auto-entrepreneuriat ? 
Seuls les indépendants exerçant en E.I. (Entreprise Individuelle) peuvent demander de basculer sous le régime de l'auto-entrepreneur. En effet, les EURL, SARL, SA et SAS sont des formes de sociétés qui distinguent la personne morale de la personne physique, ce qui n'est pas le cas de l'E.I. Le basculement est donc impossible et nécessiterait la fermeture de votre entreprise, pour la création d'une nouvelle activité en auto-entrepreneur.

2. La TVA
L'assujettissement à la TVA est souvent avantageuse, au delà de la gestion (simple) qu'elle demande. En effet, être assujettis à la TVA permet de récupérer la taxe sur le montant de ses achats professionnels. 20% qui peuvent faire toute la différence.

3. Les frais professionnels 
La déduction des frais professionnels est impossible sous le régime de l'auto-entrepreneur. Pouvoir déduire vos frais est-il plus ou moins avantageuse qu'un taux de charges réduit ? La réponse à cette question dépend évidemment du montant de vos achats et de votre statut actuel.

À vos calculettes !

FREELANCESjohann ouaki