5 SIGNES QUE TU SABOTES TON SUCCÈS POTENTIEL

Capture d’écran 2019-01-06 à 19.44.30.png

1. Tu ne changes pas (non, vraiment)
A. Einstein disait que la folie c’était de refaire la même chose encore et encore et d’espérer des résultats différents.

Quand cela ne marche pas (quel que soit l’objet valorisé), c’est qu’il y a une raison (la malchance, ça ne compte pas). Espérer qu’en recommençant, cette fois « ça passera » relève de la folie si on s’en tient à Einstein, de la bêtise si on s’en tient à la logique, probablement à de la peur si on écoute parler les psychologues.

Oui à la peur, probablement la peur de réussir (si, si) ou encore la peur de faire autrement et de sortir de sa zone de confort. Parce que même quand on rate, mais qu’on sait comment faire pour rater, c’est assez confortable ;-)

La question est : que fais-tu de mieux, de différent, d’osé, aujourd’hui par rapport à ce que tu as essayé hier ?


2. Tu changes trop
Dans un autre genre (certains font les deux erreurs), au contraire tu changes trop vite de direction. Laisses-tu une vraie chance à tes actions de porter leurs fruits ou cèdes-tu trop vite à la frustration de ne pas voir tes actions payer immédiatement ?

Il faut généralement entre 6 et 10 mois pour que l’efficacité d’une action puisse être évaluée. Evidemment cela dépend de la nature de l’action et d’autres paramètres contextuels. Mais il est intéressant de voir que lorsqu’on s’accroche, ça marche beaucoup plus souvent que lorsqu’on décroche ! 

Si tout le monde tenait ses résolutions de l’année 6 mois de plus, il serait drôle de voir que plus personne ne saurait lesquelles prendre l’année d’après !


3. Tu ne sais pas où tu vas
Enfin si généralement tu crois savoir, tu peux même le dire si quelqu’un te le demande. Mais rien n’est écrit. Tu ne prends pas le temps de poser clairement par écrit, en pesant chaque mot, en choisissant la tournure synthétique qui correspond à tes objectifs. Tu n’écris pas non plus de chiffres précis. Pourtant ce conseil, tu l’as déjà entendu 10 fois, mais si tu n’écris toujours pas, c’est que tu n’as pas compris que le fait de se fixer des objectifs concrets et de les noter aide tout simplement à les remplir.

Pourquoi ? Simplement parce le fait d’écrire un objectif aide à se rendre compte des moyens nécessaires pour le réaliser. Et de fil en aiguille, ce que tu écris ressemble à une stratégie. Tu l’as ?


4. Tu joues les têtes brûlées
Bien que souvent nécessaire pour faire bouger les choses, savoir prendre des risques est un art qui s’apprend à ses dépens. Et prendre des risques non mesurés, trop élevés ou sans filets de sécurité, cela ne s’appelle plus de l’audace mais de l’inconscience. Généralement le plus sage lors d’une prise de risque, consiste à prendre ce risque sans tout envoyer en l’air de l’autre côté, c’est-à-dire sans se mettre en danger en cas d’échec. Car oui l’échec est probable, sinon ce ne serait pas une prise de risque. Tu peux aussi compter sur la chance, mais là on ne peut plus rien faire pour toi.


5. Tu penses que tu n’as pas de chance.
D’ailleurs si tu comptes sur la chance, terminons avec un élément clé. La chance n’est pas une bonne chose. Allons encore plus loin, la chance est la pire qui puisse t’arriver lorsque tu entreprends une nouvelle aventure (qu’elle soit entrepreneuriale, intra-preneuriale ou même d’ordre personnel). Alors évidemment un peu de chance aide toujours, mais à l’unique condition qu’elle vienne s’ajouter à tes efforts, à ta stratégie, à tes actions. Car s’il n’y a que la chance, alors que feras-tu le jour où elle te quittera ? Car oui la chance te quittera. La chance part toujours. À un moment, ça s’arrête. Basta. Finito. Next. Et là, si tu n’as rien fait pour provoquer les bonnes choses qui te sont arrivées alors tu ne sauras pas quoi faire pour continuer à avancer.

Alors si tu penses que tu n’as pas de chance, retiens bien une chose. La chance, ce n’est que la rencontre du travail et de l’opportunité. Travaille et lorsque l’opportunité se présentera, tu verras que toi aussi tu as eu de la chance ;-)

johann ouaki