COMMENT TOUCHER LE CHÔMAGE EN DÉMISSIONNANT ?

Non, tu ne vas pas lire de conseils border-line ou apprendre une technique pour faire passer ta démission en rupture conventionnelle.

Non, car depuis le début du mois, c’est plus simple (quoique…). Il est désormais possible de démissionner et de toucher le chômage ! Si ça, ce n’est pas une bonne nouvelle… Et c’est peut-être la seule de cet article d’ailleurs. Car oui, désolé, mais disons-le vite, démissionner et toucher des allocations d’aide au retour à l’emploi est possible mais sous certaines conditions seulement.

Jusqu’au 31 décembre 2018, pour avoir droits aux allocations chômage, il fallait perdre involontairement son emploi. C’est-à-dire à la suite d’un licenciement, suite à la fin d’un CDD ou encore après une rupture conventionnelle, par exemple.

Hors, il est désormais possible d’être indemnisé même si tu quittes volontairement ton emploi, si tu remplis l’une de ces deux conditions :

  1. Ta démission est considérée comme un cas de démission légitime

  2. Ta démission s’inscrit dans un projet de reconversion professionnelle nécessitant une formation ou un projet de création ou de reprise d’une entreprise.

Démissionner parce que tu es fatigué, parce que tu veux changer d’air ou voyager un peu, tu peux aussi. Mais tu ne seras pas indemnisé ;-)

Par contre ! Il est toujours bon de savoir que si tu ne remplis aucune des deux conditions, il est toujours possible de tenter ta chance en demandant un examen de ta situation à l’Instance Paritaire Régionale (IPR), 21 jours après la date de ta démission.


Revenons aux deux conditions.  « Cas de démission légitimée », ça veut dire quoi ?
Cela peut vouloir dire trois choses :

1. Démission pour des raisons privées : un conjoint muté (il faut être marié ou passé depuis au moins 2 mois).

2. Démission pour un contrat aidé : contrat d’insertion par l’’activité, contrat emploi jeune, contrat initiative emploi… ce genre de choses.

3. Démission pour des motifs professionnels : non paiement des salaires ou acte susceptible d’être délictueux dont tu serais victime.


En conclusion, si tu veux te reconvertir, monter ou reprendre une boite, tu vas aimer 2019. Sinon, tu retournes travailler et tu arrêtes de rêver.

johann ouaki